Mots clés pour Bénéfice Par Action : BPA :
Bénéfice Par Action : BPA

Bénéfice Par Action : BPA

Le Bénéfice Par Action : BPA

Le bénéfice par action ou BPA est le bénéfice net réalisé d’une société par action divisé par le nombre d’actions qui composent son capital. La présentation du bénéfice par action pour les entreprises cotées est obligatoire selon la norme IFRS.

Indispensable pour calculer le PER d’une entreprise, le BPA permet de remettre en relation les bénéfices générés par la société face à sa capitalisation boursière.

Suivre le BPA sur des années

Le BPA est un outil qui permet de suivre l’évolution des bénéfices sur une société cotée sur plusieurs années et de comparer son évolution face à la valorisation des cours et de la capitalisation boursière.Les investisseurs suivent donc de près cette donnée fondamentale en analyse boursière.

Lorsqu’une entreprise annonce une hausse ou une baisse du BPA, de manière inattendue en cours d’exercice, cela a un impact direct sur les cours. Ainsi, en cas de baisse annoncée du BPA, l’entreprise réalise ce que l’on appelle une << Alerte sur bénéfice >> ou encore un << Profit Warning >>, le résultat est dans la plupart des cas une forte baisse des cours. En revanche, lorsque le BPA est ajusté à la hausse, au-dessus du consensus du marché, cela a un impact très positif sur les cours.

Exemple de calcul d’un BPA

Si l’on considère qu’une entreprise a une capitalisation boursière de 10 millions d’euros avec un cours à 10 euros par action, l’entreprise met ainsi en circulation 1,000.000 d’actions. Cette même entreprise réalise un bénéfice sur son exercice fiscal de 2,5 millions d’euros.

Pour calculer le BPA : ( bénéfice de l’entreprise / nombre d’action) soit ( 2,500.000 / 1,000.000 = 2,5) soit un bénéfice net par action de 2,5.

Facteurs de dilution ou relution

Les facteurs pouvant modifier le BPA sont évidemment l’évolution du bénéfice de l’entreprise mais pas seulement.

L’évolution du nombre d’actions dans le cadre d’opérations financières : Augmentation de capital, rachat d’actions de l’entreprise ou encore une fusion/acquisition peuvent entraîner des phénomènes de dilution ou relution.