Réduction des effets de leviers sur les CFD

L’ESMA, European Securities and Markets Authority ou Autorité Européenne des Marchés Financiers en français, peut être considéré comme le gendarme de la bourse au niveau de l’Union Européenne, comme l’AMF (Autorité des Marchés Financiers), est le gendarme de la bourse au niveau national.

Dans le cadre de ses missions et afin de protéger les investisseurs particuliers, il décide de la régulation de certains produits financiers. Il en interdit purement et simplement d’autres. Ainsi à compter du 2 juillet 2018, les options binaires ne seront plus proposées aux investisseurs particuliers.

 

A partir du 1er août 2018, les Contrats pour la Différence (ou CFD) ne pourront être proposés que si l’effet de levier qui leur est associé est limité. La limite est fonction du sous-jacent sur lequel porte le Contrat. Un levier de 30 ne sera possible que sur les principales paires de devises, les autres paires de devise ainsi que l’or et les principaux indices boursiers pourront être dotés d’un levier maximum de 20. Les autres indices boursiers et matières premières se contenteront d’un levier de 10 et les autres instruments financiers (dont les actions au comptant) d’un levier de 5.

Un effet de levier de seulement 2 sera possible pour les CFD portants sur les crypto-devises.

Une étude indique que ces restrictions sensées les protéger sont mal accueillies par les investisseurs particuliers. En effet pour avoir les mêmes niveaux de gains avec des leviers inférieurs il faudra mobiliser des fonds plus importants d’où le risque de chercher des courtiers hors Union Européenne et de perdre en protection.

 

L’ESMA impose aussi une protection contre le solde négatif (pour qu’un investisseur ne puisse pas perdre plus que son dépôt), un niveau de fonds disponibles d’au moins la moitié de la marge immobilisée ainsi qu’une normalisation des disclaimers liés au risque.

Le point positif de cette nouvelle réglementation c’est que l’ensemble des courtiers en Europe seront soumis aux mêmes règles. Le choix d’un courtier sera par conséquent simplifié, le client pourra se baser sur l’importance de l’offre du courtier en nombre d’instruments financiers et de places de marchés, afin de permettre aux investisseurs de constituer des portefeuilles efficients et bien diversifiés sans avoir à jongler entre plusieurs courtiers.

 

Il conviendra de se méfier des courtiers situés en dehors de l’Union Européenne,  offrant leurs services aux investisseurs via des techniques de vente très agressives, en occultant les risques liés aux investissements. Il devient donc important de vérifier la licence du courtier afin de vous assurer qu’il est bien soumis aux règles des courtiers européens.

Il ne faut pas oublier non plus que ces limites s’adressent à la clientèle particulière. Certains investisseurs peuvent donc avoir l’intention d’obtenir le statut de client professionnel. Pour ce faire il faut cumuler deux conditions parmi les trois suivantes :

 

  • Avoir fait au moins  10 opérations par trimestre, au cours des quatre derniers trimestres, pour un total d’au moins 50 000 € de transactions.
  • Détenir un patrimoine investit sur les marchés d’au moins 500 000 €
  • Travailler ou avoir travaillé pendant un an minimum dans le secteur financier à un poste nécessitant la connaissance des transactions ou services sur lesquels vous souhaitez investir.

 

Les CFD sont des instruments financiers dérivés à effet de levier présentant des risques extrêmement élevés.
Ils nécessitent un bon niveau de connaissance et d’expérience en matière financière et s’adressent à une clientèle avertie du risque inhérent.

 

Mots clés : Pas de Mot Clé